Le soleil et la peau : une longue histoire d’amour… et de vitamine D!

Ou pourquoi les Blancs… sont Blancs?

shot of vitamin D
Peau claire, peau mate et le soleil

Cet article parle… encore, de peau! et de vitamine D, et de soleil. Un article de saison, qui vous décomplexera un peu de profiter (raisonnablement) des rayons de l’Astre Solaire à l’heure où on crie à sa dangerosité et où les personnes osant sortir sans SPF50 sont considérées comme des inconscientes!

Cet article commence par un (gentil) coup de gueule… puis plonge dans la fascinante histoire de la peau de l’humanité… et ben oui, en fait des chercheurs consacrent leur vie à comprendre les variations génétiques de couleur de peau depuis les hommes préhistoriques… et leurs trouvailles sont fascinantes.

Spoiler : dans cette histoire, les 3 protagonistes sont : la peau, le soleil et la vitamine D.

Cet article est le premier d’une série Peau et Soleil. Je suis vraiment à fond dans le thème, qui colle si bien à la saison!

Il sera suivi par  : une étape en la ville “Vitamine D” du Royaume “Covidie”. Une plongée dans le bain de jouvence des plantes solaires. Et aussi une liste mémo pratique, quand même, de conseils holistico – naturels, mesurés et éprouvés pour apprivoiser le grand Astre Solaire dans vos vies et celles de vos proches! Un billet commis, portant sur l’importance du soleil sur le plan énergétique et chronobiologique, cher à la permathérapie.

Ça commence par un coup de gueule…

black umbrella
blue sky and black umbrella

On m’avait commandé cette semaine des conseils de soins naturels et holistiques… pour peaux acnéiques. Je remets le traitement de cette requête passionnante à la semaine prochaine, car là, il y a urgence. 

Oui, urgence! Voyez un peu : ces derniers jours sur les réseaux sociaux, après les légitimes complaintes désespérées des producteurs contre le printemps froid et le retard des plantes, je vois paraître en chaîne des articles… qui portent sur un grand danger arrivé subrepticement.

Il nous pend apparemment au nez, nous guette de l’aube au crépuscule, et justifierait, pour s’en prémunir, un recours à tous les moyens possibles et inimaginables, incluant substances chimiques nocives, tissus occultants et j’en passe. 

Vous avez deviné? 

Il s’agit du terrible et méchant soleil… bouhhh, le méchant soleil! 

Les réseaux sociaux ont ceci de magique qu’ils redondonnent gaiement, grâce aux dociles algorithmes qui nous montrent ce qu’on veut voir. Ben là, c’est loupé, moi je voulais voir des mines réjouies après ce printemps froid, des paysans-herboristes soulagés que leurs plantes médicinales méridionales puissent à nouveau se dorer la pilule et se chauffer les racines dans une terre cuite aux rayons du soleil printanier… Mais las, non! 

A la place, des warnings, des panneaux exclamatifs cerclés de rouge, des injonctions à surtout fuir ce danger imminent qui darde ses rayons nocifs sur nos pauvres et malheureuses peaux qui vont rider, craqueler, vieillir, tâcher… 


Et mon agacement monte, au fur et à mesure que le mercure prend de la hauteur, à la faveur des rayons UV dont l’intensité augmente en cette fin de printemps. 

J’entendais une super spécialiste du guasha récemment dire combien “elle est colère”, et j’ai trouvé cette expression si mignonne, alors je l’adopte, voilà, c’est dit : “je suis colère”. 


Pour vous expliquer ma colère, je vais vous raconter une petite histoire, qui est la tienne. Ou plus précisément, c’est l’histoire de ta peau… Enfin, celle de tes ancêtres…

La fascinante histoire de ta couleur de peau… ou pourquoi les Blancs sont Blancs?

peau blanche peau noire et vitamine D
Black… to White… le yin et le yang de l’évolution de l’humanité

J’écoutais LSD la semaine dernière. Non, pas “sous” LSD! Je parle de La Série Documentaire de France Culture, qui me fait chaud au petit cœur tricolore sous mes tropiques nippons… Une série de 4 émissions fascinantes sur l’humanité depuis notre ancêtre bien connue Lucy… Lucy in the Sky with Diamonds… elle avait sa place dans LSD 🙂

Mais pourquoi je vous parle de ça… Depuis une expérience bouleversante de la visite de la grotte Chauvet en Ardèche avant mon départ au Japon, je suis fascinée par les humanités préhistoriques, et aussi le tournant qu’a constitué le néolithique pour l’humanité. Excusez du peu, de nomades chasseurs-cueilleurs, la grande majorité de l’humanité s’est sédentarisée, adoptant un rapport au monde, à l’ “habiter”, à l’ alimentation, au lien avec les populations animales et les écosystèmes complètement inédits. 

Heu… “mais quel rapport avec la peau et le soleil?”, je vous entends déjà penser, toi, et toi, et toi… Allez, patience, patience, ça vient, le rapport, le voilà… 

Il ne vous aura pas échappé que les peaux noires ou sombres – riches en mélanine (comme par exemple les populations andines, ou océaniques… la mélanine n’est pas l’apanage exclusif des populations d’Afrique) – se trouvent aujourd’hui, grosso modo, entre les tropiques. Les peaux claires se situent au-dessus du tropique du Cancer, soit au-delà d’une ligne qui borde le sud des Etats-Unis, du Maghreb, du Proche-Orient, de la Mongolie et de la Chine. 

Oui, logique, rapport à l’ensoleillement, me direz-vous, “elle n’invente pas la poudre pour l’instant” (tu vois, je t’entends 🙂 ) 

Mais attends encore un peu – et c’est là que vient la breaking news!!! tadaaam – les travaux d’anthropologie génétique récents (je  m’appuie sur les épaules d’une Géante, Evelyne Heyer, professeure en la matière au Muséum national d’histoire naturelle et au Musée de l’Homme), montrent que les populations sur-tropicales ne sont pas devenues blanches en 3 coups de cuiller à pot dès la sortie d’Afrique il y a 70 000 ans (non moi non plus je ne me figure pas bien ce que c’est que 70 000 ans… c’est 1160 générations… C’est aussi un vertige énorme que d’envisager son 1160e ancêtre… qui pourtant a forcément existé, ça c’est une certitude!!) 

Or donc, ces populations sorties d’Afrique, sont  de couleur… noire. Il leur faut près de 30 000 ans pour coloniser l’Europe. Elles ont encore la peau noire, malgré l’ensoleillement qui justifie beaucoup moins de tels niveaux de mélanine…  Les premiers européens sont donc noirs… et le restent 24 000 ans. Ça ne fait “que” 6 000 ans que les populations européennes “””autochtones””” deviennent blanches soit seulement 100 ancêtres avant toi – là ça se rapproche, non?! pas une proximité palpable, mais tout de même!

Alors que s’est-il passé? Pourquoi les Européens sont-ils restés noirs près de 25 000 ans? et pourquoi ce soudain besoin évolutif pour une peau blanche dans les zones sur-tropicales? 

La fameuse “vitamine D”

Rennes, alimentation du chasseur-cueilleur
Le renne, source préhistorique de vitamine D

La “vitamine D” est indispensable à l’organisme humain (car elle permet l’absorption du calcium entre autres), à son immunité et par son rôle anti-inflammatoire. La vitamine D3, une des deux formes indispensables à l’homme, est synthétisée (fabriquée) par l’organisme lorsque la peau est exposée au rayonnement ultraviolet (principalement aux rayons UV-b) de la lumière du soleil. 

Peau blanche, peau noire et synthèse de la vitamine D

“ L’expérience in vitro montre que sous l’effet du rayonnement solaire, il y a synthèse de vitamine D3 par le fragment cutané à peau claire (type II skin) et que cette synthèse augmente avec le temps d’exposition. En revanche, pour le fragment à peau sombre (type V skin) soumis au même rayonnement solaire, la synthèse de D3 est beaucoup plus faible et n’augmente pas au-delà de 10 minutes d’exposition. On en conclut qu’une forte pigmentation de la peau diminue la capacité de celle-ci à produire de la vitamine D3 sous l’action des UVB.

mélanine et vitamine D

D’après Clemens : Increased skin pigment reduces the capacity to synthesize vitamin D3. Lancet. 1982 Jan 9;1(8263):74-6. Extrait et graphe publiés par l’INSTITUT FRANÇAIS DE L’ÉDUCATION.

Donc ok, les peaux noires ont une moindre capacité de synthèse de la vitamine D3.

Mais alors, comment les populations européennes “autochtones” ont-elles fait pendant 25 000 avec peu de soleil et une peau noire bloquant la synthèse de la vitamine D3, pourtant indispensable à une bonne santé?! 

S’il n’y avait pas eu d’explication à ce problème, il est vraisemblable que je ne sois plus là aujourd’hui pour vous en parler!! 

L’explication se nomme… alimentation! 

“Les premiers européens ont une alimentation riche en vitamine D, que l’on trouve dans les poissons, la viande de rennes… Donc il n’y a pas « besoin » d’avoir une couleur de peau claire pour faciliter la synthèse de la vitamine D car celle-ci est très présente dans l’alimentation.  D’ailleurs,  les populations actuelles du grand nord, comme les Inuits,  ne sont pas particulièrement de couleur de peau claire. Leur alimentation est très riche en vitamine D que l’on trouve dans les mammifères marins, comme les phoques.”

Chroniques de la Terre au Carré, émission France Inter du 12 novembre 2020

Donc, ton ancêtre, si tu es un descendant génétique de ces populations d’Europe, était chasseur-cueilleur et mangeait la vitamine D issue de sa chasse et sa pêche. Or… ces ancêtres se sont sédentarisés… il y a environ 7 000 ans. Oh! quelle coïncidence, 1 000 ans plus tard, leur peau a changé de couleur et est devenue claire… Elémentaire mon cher Watson, bien vu Sherlock! 

Explication : en se mettant aux céréales (désormais cultivées) et en élevant ses animaux, l’homme diminue considérablement son apport en vitamines D. Pas le choix, il doit de toute urgence activer sa synthèse de vitamine D3…  sous peine de mort… ben oui !

La sélection des individus plus clairs, soutenue par l’hybridation avec les populations agro-pastorales moyen-orientales déjà plus claires, permet d’augmenter l’action du soleil et ses UVB sur la synthèse de vitamine D (à partir de cholestérol, chouette : on brûle des graisses, et on fabrique de la vitamine D… grâce au soleil!!)

CQFD : avoir une peau claire, plus exposée aux rayons UVB du soleil, a été une condition de survie pour l’homo sapiens agriculteur du néolithique!!! Avoir la peau claire pour absorber le soleil, condition sine qua non de la santé…

La vitamine D… et aujourd’hui?

soleil et vitamine D
Laissez, laissez, entrer le soleil! lalala…

Depuis le néolithique, soit le dernier âge de la préhistoire, notre alimentation est restée basée sur les céréales! et plus que jamais. On ne constate pas une recrudescence des élevages de rennes en Europe (constat personnel sans valeur scientifique 😉 ) et nos stocks de morues diminuent de façon effrayante… Autant dire qu’on n’est pas prêts de manger du foie de morue 3 fois par jours. Et que manger 10 œufs fermiers par jour pour couvrir ses besoins en vitamine D est insoutenable à l’échelle de l’humanité, et de notre organisme aussi… sans parler de notre porte-monnaie! 

Et donc, le moyen le plus fiable de subvenir naturellement à nos besoins en vitamine D et donc d’absorption de calcium et de soutien de notre immunité naturelle, c‘est encore de suffisamment s’exposer au soleil!!! (pas excessivement, on est d’accord, mais suffisamment et suffisamment régulièrement – mes précos dans un prochain article de la série!)

Aujourd’hui plus que jamais, il convient de le rappeler… on estime de fait que près de la moitié de la population européenne est gravement carencée en vitamine D… avec un taux qui monte à ⅔ en hiver. 

En résumé, oui je suis en colère lorsque j’entends : “vous avez la peau claire : fuyez le soleil”, car, j’espère l’avoir montré, c’est précisément pour la raison inverse que les blancs sont blancs!! j’ai la peau claire pour pouvoir profiter du soleil, indispensable complément à une alimentation basée sur l’agriculture et non la chasse, la pêche et la cueillette… soleil qui me permet donc de synthétiser la vitamine D dont mon alimentation est carencée… et être en bonne santé. Mettre en balance ridules avec immunité et robustesse de l’organisme, pour moi le combat est vite choisi. 

Attention : cela ne signifie pas qu’il faille se rôtir à petit feu jusqu’à la brûlure, non non non. Mais l’enjeu de cet article est bien de rappeler qu’on a BESOIN d’une exposition quotidienne et suffisante au soleil, pour garantir le bon fonctionnement des fonctions vitales de l’organisme que sont l’immunité, la solidité du squelette, la protection des tissus contre les inflammations. 

D’aucuns me rétorqueront, enfin, qu’on peut utiliser des compléments alimentaires. C’est vrai. Je vous invite à lire l’excellent article du journaliste scientifique Julien Devesson pour faire un choix éclairé en complément de D3. Mais ce serait passer à côté des autres pouvoirs de l’exposition solaire, je les mentionnais, pour notre santé mentale et notre rythme chronobiologique : à découvrir bientôt dans cette série d’articles Peau & Soleil! Et j’avoue avoir une appétence forte pour l’autonomie en matière de santé, qui est souvent moins coûteuse, et permet de renouer avec son instinct humain… un fabuleux cadeau pour nous autres, êtres incarnés, que d’être capables de prendre le meilleur soin de notre corps-temple sans dépendance ni recours systématique aux labos pharmaceutiques. Qu’en pensez-vous?

Dans un prochain article de ma série sur peau et soleil, je rappelle que je donnerai une liste mémo de conseils pour apprivoiser l’astre solaire et profiter de ses INDISPENSABLES bienfaits et pouvoirs. 

C’est dit. Allez, merci de m’avoir lue, je ne suis plus “colère” 🙂

Sun is my friend, and my friends are your friends… the more we get together, the happier we’ll be!!

… pour clôturer sur une de mes comptines préférées de l’école de mes petits loups

Virginie, pensées wHoUma(i)n(es)

Si tu as aimé cet article, tu peux le partager. Merci à toi :)
  •  
  •  
  •  
  •  
Share

11 Responses

  1. leblogdespagnol dit :

    Oh mais quel article! J’ai adoré le style d’écriture et aussi le fond. Bravo, et merci pour ce travail 😊

  2. Bon travail 😉

  3. Marie Camus dit :

    Eh bien moi, il me parle ton article. D.ailleurs c.est ton blog complet qui me parle, nous sommes sur la même longueur d‘ondes en fait ! Ce qui est amusant c‘est que je suis en train de travailler une vidéo sur le massage facial d‘entretien et certains de mes gestes, totalement intuitifs, ressemblent à certains gestes du Kobido. Je ne connaissais pas et je trouve cette méthode super! J‘aimerais bien que l‘on se suive, je débute moi aussi.

    • Oh et bien un grand merci pour ton commentaire qui me donne envie de filer découvrir ton site!
      Avec plaisir pour se suivre, je suis bien contente de voir que ces thématiques résonnent pour toi Marie! Hâte d’échanger!

  4. Aurore dit :

    Merci pour cet article très instructif 😊 je me demande pourquoi les femmes asiatiques fuient autant le soleil 🤔 j’imagine que leur nourriture leur fournit assez de vitamines D.

    • Merci Aurore de ta lecture ! J’ai été assez fascinée de découvrir cela et surprise que cela ne soit pas plus connu… C’est une bonne question pour les femmes asiatiques. Je pense en effet que leur consommation de poisson est vraiment bien plus importante que celle des Européens, or c’est les poissons qui détiennent la palme des teneurs en vitamine D. Après, comme en Europe, il y a fort probablement des personnes carencées aussi !

  5. nager et sérénité dit :

    Super article, j’ai moi même la peau très (très) blanche et je suis contente de comprendre le pourquoi du comment. Merci beaucoup pour cet article qui est vraiment bien écrit avec sa petite touche d’humour qui est très appréciable. Merci 🙂

    • Nager et sérénité : un grand merci pour ce retour, très appréciable aussi! et oui, lorsque j’ai appris cette histoire de peau, ça m’a un peu stupéfaite qu’on ne soit pas plus au fait de ces choses-là… C’est sans doute moins vendeur que l’écran total 🙂 même si les peaux blanches nécessitent une attention solaire particulière, mais là, je ne t’apprends rien! Au plaisir!

  1. 11 juin 2021

    […] Le voici, le deuxième article de la série Peau & Soleil! Découvre ici le premier, qui t’explique, et même… te raconte (sans que je te la raconte&#8230… […]

Qu'en dis-tu? On est impatient d'avoir ton commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :